Visite inattendue au « Chantier de Notre Dame de Paris ».

Ce dimanche 30 juillet, en descendant les marches de l’escalier qui conduit à l’espace situé sous le parvis de Notre Dame de Paris. où se tient l’exposition relative au « Chantier de Notre Dame de Paris », je ne m’attendais pas vivre un tel moment plein de découvertes.

Cette visite avait commencé comme souvent, par des explications éclairées de ma compagne, qui me permettent d’appréhender succinctement les lieux que nous visitons.
Après avoir écouté une première vidéo sur Notre Dame, nous nous sommes rendus dans une salle de projection où était présentée des situations en rapport avec l’incendie qui a ravagé le lundi 15 Avril 2019 la cathédrale « Notre-Dame de Paris. »
En sortant de la salle de projection nous avons été abordés par Nelly, diplômée d’histoire de l’art, qui nous a proposé en raison de ma déficience visuelle, une visite tactile de l’exposition.

Celle-ci a débuté par la maquette en bois, représentant la cathédrale dans son ensemble.
Comme pour un écorché, la maquette présente des découpes qui permettent d’appréhender les structures internes de l’édifice, notamment, sa charpente et les éléments qui la soutiennent. Sont également représentés sur la maquette des éléments du chantier.

Les explications avisés de Nelly complétés par le toucher des parties faisant l’objet des commentaires m’ont permis de mieux appréhender les exploits que doivent réaliser les différents corps de métier spécialisés pour redonner à la Cathédrale sa beauté d’origine.
Certains mots d’argot professionnel prennent un sens grâce au toucher des structures , ainsi le terme « pied de gerbe » est plus facile à se représenter, de même les gargouilles et chimères.
Après la maquette, nous nous sommes rendus près des gargouilles dont le toucher permet de mieux se représenter leurs fonctions puis de la statue du « grand-duc » et de son moule ayant servi à sa confection.
J’ai eu l’opportunité de me retrouver devant la représentation miniature d’un orgue et prendre la mesure de toutes les pièces qui le constituent.
Outre le temps consacré à sa restauration, un délai de six mois est à prévoir pour sa remise en service et son réglage .

Différents pièces d’exposition permettent de suivre les étapes successives de transformations à partir du matériau brut (bois, pierre) pour obtenir l’objet désiré et, lui préserver ses propriétés propres (solidité et stabilité dans le temps).
Plusieurs explications m’ont été formulées au sujet de la réalisation de ces diverses pièces d’ornement.

A chaque fois, le toucher des pièces et les explications éclairées de Nelly ont apporté beaucoup de richesse à cette visite.
La disponibilité de l’équipe féminine du service « Médiation » et, sa propension au partage de leurs connaissances devraient pouvoir se prolonger par l’animation de visites de groupe et contribuer à oeuvrer pour que les déficients visuels puissent, comme tous les publics, suivre et mesurer le travail admirable accompli par tous ces corps de métier de « Maître Artisans ».

Merci encore à toute l’équipe et, j’encourage les déficients visuels à venir visiter cette exposition au cours de laquelle ils éprouveront beaucoup de satisfaction au travers du travail passionné de tous les intervenants.

André Bréant

4 réflexions sur « Visite inattendue au « Chantier de Notre Dame de Paris ». »

  1. Bonsoir André
    Je te félicite pour la qualité rédactionnelle de ton éditorial. J’admets humblement que je n’aurai pas imaginé spontanément que l’exposition soit en partie tactile pour nous.
    Je pense qu’on ne se figure pas tout le talent et le géni qu’il faut aux différents corps de métier pour que notre cathédrale retrouve son lustre originel.
    Je te remercie encore pour ce partage.
    Bien cordialement.
    François

  2. merci pour toutes ces infos mais pourrais-tu nous donner des coordonnées ou nous adresser pour accéder à cette visite ? Merci d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *