Dessine-moi un aveugle

Accueil Forums Salon Dessine-moi un aveugle

Sarah
Participant

Bonjour Kevin et tous,

merci pour cette petite anecdote.

Je ne suis pas si surprise, les diplômes et l’ouverture d’esprit ne sont pas si liés que ça. Parfois, ils sont un peu dans leur bulle… Heureusement pas tous hein? 😉

Parfois c’est bien aussi de profiter des sons de la nature, je ne ressens pas forcément le besoin qu’on me décrive le paysage. Un exemple, dans un parc de ma ville, il y a des statuts, et la dernière fois, j’étais avec des voyants et ils décrivaient les statuts, mais perso, je m’en fiche des statuts, je préfère profiter des chutes d’eau, des oiseaux, du bruits des pas que du blabla. C’est un peu comme l’auddiodescription, quand il y en a trop, ça couvre la musique, l’ambiance du film, bah là c’est pareil.

Je ne suis pas génée pour le moment par cette distance sociale, les gens, je n’ai pas pour habitude de les toucher, et je touche toujours les objets comme avant, il suffit de se désinfecter les mains.

J’ai envie de dire, s’il n’y a que le physique visuel qui lui provoque de l’attirance, c’est bien triste, mais je pense qu’il ne s’est jamais posé la question et que suite à votre échange, il verra les choses différemment et j’espère se rencompte que non, ce n’est finalement pas le physique visuel qui l’attire chez sa partenaire, mais bien autre chose.

C’était ma petite réflexion, sur ce, c’est l’heure du goûter ! 😋

Rémy
Participant

bonjour à tous,
sacré sarah lol, tu en loupe pas une…..
mais c’est vrai que le monde du voyant fonctionne ainsi, car l’handicap quelqu’il soit c’est limite un tabou.
ils ont des question je dirai unitile, et parfois on ce demande: mais ques-ce que je fou là!
on ressant tous des choses, il y a comme ça plusieurs façon de voir les choses.
et puis corona ou pas, comme tu dis sarah, on se déinfecte les mains, et on peu voir les choses.
je l’ai vécu ça ya quatre mois dans un blablacard, le chauffeur me posais tout un tat de questions, mais parfois les voyant ne s’intéresse pas non plus….

Pierre Turpin
Participant

Salut Kevin. Je sui très singulièrement touché par ton enregistrement et l’histoire que tu nous partages: De fait, j’ai perdu la vue à l’âge de neuf ans, presqu’entièrement, et j’ai grandi au sein d’une famille maltraitante. Dès mes premières années, j’ai été harcelé par une mère, et un beau-père, tout deux pervers narcissique… Famille de cinq, et j’ai toujours été le bouc-et-miss aire. Depuis que j’ai perdu la vu, mes agents d’éducation sociale officiels m’on longuement transmis leur dédain et leur perception biaisée d’un handicap coupable. J’ai subit beaucoup cette influence, et j’ai développé des complexes narcissiques… Par ailleurs, j’ai une longue histoire. Mais je peux depuis quelques années travailler sur moi et je réussi à me délivrer progressivement des chaînes qu’on aurait bien souhaité m’imposé!

Pierre Turpin
Participant

Ce que j’ai souhaité écrire, c’est qu’en conséquence, et en lien avec mon handicap, j’ai eu des complexe narcissiques, et je n’ai donc ni su développé les compétences les plus appropriées, ni investiguer les chants d’activités multiples que mes, (les), autres sens nous préservent.

Pierre Turpin
Participant

« réservent »

Leana Doukhan
Participant

bonsoir, foi, pendant toute mon enfance, je faisais les scoutes de france. beaucoup d’enfants me poser des questions, mais cela ne me dérangeait en aucun cas de leurs répondre. d’autant plus, quand on faisait des rencontres avec des scoutes d’autres viles, les gens s’interressaient beaucoup à moi, et étaient très curieux de savoir comment je me débrouillais dans la vie de tous les jours.
la morale de cette histoire, c’est que dans la vie, il y a des gens qui vont te poser des questions, pour savoir comment tu vis ton handicap, et d’autres, qqui vont t’harcèler de questions déBiles car ils ne comprennent pas le handicap
en plus, je connais des non”-voyants qui se permettent de se moquer d’autres persones, qui ont le même handicap, et je trouve que c’est très malhonête de leur part

Sofiane
Participant

Bonjour,

Pour ma part, la question que soulève ce type de témoignage est celle de notre invisibilisation sociale dans toutes ses dimensions. C’est un fait qu’en 2020, la personne handicapée reste reléguée à la marge de la société. Nous sommes toujours exclus de leur imaginaire politique, économique, social, culturel, sexuel et sentimental. Le constat est implacable: Nous n’existons pas en tant que sujet politique.
D’où la nécessité de se prendre en main. Pour se faire, il convient de poser un regard critique sur notre propre apathie. Alors que nous sommes les premières victimes des rapports de domination au sein de la société en ce sens que nous devons faire face à toutes sortes de discriminations, malgré cette triste réalité, nous restons incapables d’investir le champ du combat politique. À l’heure où tous les dominés du coin parviennent à s’organiser afin de peser sur le débat politique, parfois même en unissant leur lutte autour de ce qu’on appelle l’intersectionnalité, le bouquet consiste à ne même pas figurer dans ce cas de figure.
Bref, il nous faudra un jour s’emparer de cette question primordiale pour changer la donne.

Sarah
Participant

Bonsoir,

Eh bien, cette petite anecdote nous renvoie des choses différentes.

Mais je te rejoint Sofiane sur notre invisibilité. J’aurai pensé qu’avec l’intégration, cela changerait un peu plus. Après, s’engager dans la politique, ce n’est pas donné à tous. Kevin a partagé sur le compte Twitter d’Edencast une vidéo, le contrat social invalide, je crois où dedans il y a le témoignage de la présidente de Droit Pluriel, et elle a cité l’exemple du grenel des violences faites aux femmes en disant qu’il n’y avait rien eu sur les femmes handicapées. En réalité si, il y a eu des discussions, je ne me souviens plus exactement le thème, mais sur les relations amoureuses, mais dans un ministère à part. Et rien vu dans les médias sur ça…

Il y aurait beaucoup de choses à dire.

Leana, tu verras avec le temps que les personnes différentes, quelque soit cette différence, handicap, origine etnique, croyances et autres, ne sont pas forcément plus ouverte qu’une personne dite valide, dans la norme… En réalité, on a tous une différence. Après, les jeunes de ton âge ont encore l’excuse de l’adolescence, de la découverte, de la personnalité qui se construit, en ça, ils ne sont pas moins bête que les autres 😅

Pierre Turpin
Participant

Un sage m’a dit un jour: «On est tous des handicapés!»

Leana Doukhan
Participant

Bonjour, et bien oui, je trouve que Pierre a raison. Je rejoins aussi Sarah quand elle disait que que tout le monde est différent malgré que pas tout le monde a un handicap

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.