La BNFA est enfin ouverte !

Quand trois associations s’unissent pour proposer une plateforme de lecture accessible, ça donne la BNFA (Bibliothèque Numérique Francophone Accessible). On en parle dans cet épisode de notre podcast (sous forme d’interview) !

En effet, si la BNFA a bien ouvert ses portes vendredi dernier, son site n’est véritablement opérationnel que depuis hier. Et pour fêter ça, on a invité Sylvie de l’association BrailleNet, et on en profite également pour faire le point avec elle sur l’état de l’accessibilité du web.

11 réflexions sur « La BNFA est enfin ouverte ! »

  1. Petite précision : les livres DAISY audio, qu’ils soient en voix humaine ou en voix de synthèse, présentent les mêmes avantages de navigation.
    Comme Kévin, je regrette énormément les choix de sécurité empêchants de lire tous les livres DAISY de façon simple. Quand on pense qu’on achète des applications dédiées DAISY comme Read2Go et qu’on ne peut pas lire les livres DAISY texte ou audio voix de synthèse provenant de certaines bibliothèques spécialisées, c’est un comble ! Rien dans la loi actuelle n’oblige à crypter ces contenus.

  2. Salut Kevin et mercie de ce podcast qui a le mérite de la clarté. Quoi? Je viens de me fendre d’un iphone 5 et aussi d’une application iphone permettant, en principe, de lire des livres au format Daisy… Mais pas tous… et il faudrait que j’achète un lecteur machin-truc spécialisé qui comprenne le code spécial qui, en fait, m’empêche de lire le même bouquin sur l’application Daisy et qui va me coûter le prix de l’iphone ou presque? Je rêve là! Bon en tous cas je remercie Sylvie du boulot qu’elle fait et de sa présentation, c’est estimable, mais là on est dans du pire que la prison dorée d’Apple! J’avoue que quand j’ai entendu ça je me suis dit que les éditeurs devaient être contents, les fabriquants de ces lecteurs aussi, mais que ces gens-là ne vont décidément pas dans le sens du vent! Bon allez j’arrête de m’énerver et je vous souhaite une bonne journée.

    Alain

  3. Bonjour,

    Utilisateur de la Bibliothèque Hélène depuis deux ans et demie, je puis tout à fait aller dans le sens des autres lecteurs.
    Ils font un travail formidable. j’ai pu suggérer l’acquisition de titres parfois un peu anciens que la bibliothèque a souvent acceptée.

    En revanche, le gros point noir du dispositif tel qu’utilisable actuellement, c’est l’accès aux livres daisy criptés en Braille.
    En gros, à l’heure actuelle, le seul appareil dans le commerce pour les lire et les décripter en natif c’est le bnoc-notes Apex.
    Pourtant FS Reader sait importer des clés de criptages. je ne comprends pas pourquoi on ne pourrait pas l’utiliser sur PC ou sur le pacmate.
    La solution du Etocken et des PDF sécurisés est franchement pas du tout pratique pour les utilisateurs de lecteurs d’écrans, sans compter que les PDF sécurisés sont illisibles sur le Mac étant donné que Adobe Acrobat Reader n’est pas accessible sur le Mac.

    Bref, j’aurais rêvé de pouvoir me remettre au Braille via des lectures distrayantes autres que le Web et pour le moment, on est un peu restreint de ce côté là.

  4. Pour ma part, c’est justement à cause de ces cryptages stupides que jamais je ne fréquenterai ce genre de prison (même pas d’orée) parce que niveau expérience utilisateur, faut repasser. J’ai envie de lire mes livres sur le support de mon choix et pas devant un ordinateurs ou sur des périphériques du handicap business au prix complètement barge. Donc je continuerai à les boycotter et à utiliser le format ePub qui lui, a au moins le mérite d’être grand public et est supporté par un grand nombre de liseuse (pour peu qu’on fasse sauter ces drm à la con). La loi française n’impose pas ce cryptage, c’est aux DV de ne pas se laisser enfermer (et avec le sourire en prime).

  5. Pour ma part, il est strictement hors de question que j’adhère à ce genre de système. Je suis un fervant opposant aux DRM, quelque soit les supports, livres, musique, vidéos… Ainsi, cela sera sans moi. Pour le moment, là encore, seules les offres illégales me conviennent pleinement (on peut écouter sa musique, regarder ces vidéos, lire ces livres strictement de la façon qui nous convient et non avec des trucs parfaitement débiles, d’un autre temps et hyper cher. Le handicap business, ça suffit maintenant.

    Certes, l’idée en soit est excellente, mais développée de cette façon, encore grâce à nos bons amis éditeurs, ben non, je ne puis adhérer…

  6. Bonjour,
    Content de voir que je ne suis pas le seul à déplorer l’impossibilité d’accéder à ces ouvrages facilement avec mon Iphone. Comme beaucoup, je refuse d’avoir à acquérir, ou meme utiliser un appareil supplémentaire pour lire des livres que mon Ibidulle pourrait faire parfaitement si tout cela etait harmonisé dans le but de faciliter la vie des utilisateurs et non de protéger je ne sais quels privilèges ou droits des associations ou éditeurs.
    Après un appel à la BNFA ce jour, il semble que la création d’une appli Iphone soit un projet en vue….attendons, encore une fois….

    Pour ma part, je ne peux que regretter également que seules quelques associations participent à ce “consortium”: des bibliothèques comme celles de l’AVH par exemple n’y participent pas: en gros, des bénévoles lisent des ouvrages pour l’AVH, et le men ouvrage sera lu pour la BNFA par un autre bénévole….
    D’ou vient cette culture de la concurrence, sur des thématiques ou seule l’émulation et la solidarité devraient l’emporter….

    Bonne journée

  7. Ah bon? Une application iphone? Attendons de voir à quel prix ils vont nous la vendre! Mais tout ça c’est un peu comme si on cherchait à aller du point A au point A. Tout ça est bien compliqué en tous cas!

  8. Chers editeurs ..

    Les DRMs c’est comme si j’achetais une brosse à dent au centre Leclerc et que je n’ai pas le droit d’acheter mon dentifrice au super U..

    Je trouve stupide de coller des DRMs à tout va. Tu achètes ton livre ici, tu peut le lire la bas, point.

    C’est comme si, nous, voyants, nous n’avions pas le droit de preter non livres papiers ou encore qu’on ai pas le droit de lire les livres de la bibliothèque ailleurs qu’à la bibliothèque.
    Du grand n’importe quoi !

  9. Félicitations pour les questions pertinentes et les réponses claires et précises.
    Bravo à Braille Net pour offrir aux déficients visuels, un service d’accés à la culture gratuit et de qualité.
    Pour ce qui concerne du cryptage des livres du commerce, cela fait partie de la logique commerciale. Il faut bien admettre qu’il est plus difficile de distribuer en masse frauduleusement un livre sur papier que le même document sous forme numérique.
    Nous, déficients visuels patissons de cette situation mais grâce à la concertation, les parties intéressées arriveront bien à trouver une solution qui puisse calmer les plus exigeants.
    Sachons apprécier ce que les diverses bibliothèques nous offrent pour l’instant.
    Que de petites structures se rassemblent, c’est sage. Qu’une grosse structure comme l’A.V.H absorbe des bibliothéques plus modestes cela empêche toute émulation et, peut limiter la diversification du répertoire.
    Pour ce qui concerne de l’accessibilité des sites, l’action individuelle n’a pas beaucoup de poids, une action regroupée précisant la nature des obstacles serait plus pertinente.
    André

  10. Cela dit, pour être tout à fait complêt sur le sujet, la version “audio” des livres, quand elle existe , est exempt de système de criptage.
    Certe, c’est de l’audio, donc des livres avec beaucoup de noms étrangers ou d’acronymes seront parfois pénible à lire, mais pour le reste, c’est quand même pas mal. surtout qu’il n’en coûte rien et qu’on peut télécharger, sauf erreur, 50 ouvrages par mois ce qui est considérable.
    Mais c’est vrai, le Braille est important. il faudrait vraiment que le système de criptage choisi ou lee format choisi soit compatible avec une plus grande variété de configurations pour le Braille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *