L’iPhone X à l’aune du handicap visuel

C’est aujourd’hui (vendredi 3 novembre) que l’iPhone X sera commercialisé par Apple dans nos contrées. En raison de certaines caractéristiques uniques, il est probable que de nombreuses personnes déficientes visuelles se posent quelques questions inhérentes à son accessibilité. Ayant eu l’occasion d’évaluer l’iPhone X un peu avant sa sortie officielle, voici ce que j’ai pu constater à son sujet (maintenant que je suis libre d’en parler) :

Comme vous le savez surement, l’iPhone X se distingue notamment par un grand écran OLED de 5,8 pouces, le plus grand écran que cette gamme de smartphones ait jamais connu jusqu’à présent. Pour autant, il est plus petit que les iPhone Plus, on peut dire qu’il se situe à mi-chemin entre le 8 et le 8 Plus ce qui permet de bénéficier d’un encombrement minimal malgré une taille d’écran maximale. Par ailleurs, cet iPhone a troqué son bouton d’accueil au profit d’un langage gestuel sensiblement enrichi. Quant au capteur d’empreintes, il cède sa place à une authentification faciale en trois dimensions (Face ID) et selon Apple, elle serait beaucoup plus fiable que Touch ID mais ça reste à voir !

Ma première interrogation au déballage a été de me demander si je serais en mesure de configurer cet iPhone sans l’aide d’une tierce personne, puisque le bouton d’accueil a disparu et c’est ce dernier que l’on utilise avec les autres modèles du constructeur pour activer VoiceOver. Une interrogation rapidement dissipée dans la mesure où il suffit de réaliser un triple clique sur le bouton latéral. Eh oui les amis, ne l’appelez plus bouton de mise sous tension mais bouton latéral puisqu’il sert à différentes choses désormais !

Ma deuxième interrogation était relative à l’authentification biométrique et surtout si, en tant que personne aveugle, je parviendrais à la configurer sans écueil. Là encore, Apple n’a pas fait les choses à moitié car non seulement le lecteur d’écran nous guide parfaitement durant le processus, mais il semble même que la configuration de Face ID soit plus rapide que celle de Touch ID. En résumé : il faut effectuer une rotation relativement rapide de sa tête au sein d’une sphère virtuelle, mais VoiceOver nous aide à correctement orienter notre visage au cas où l’on sortirait du champ de la caméra.

Ma troisième interrogation concernait la disparition du bouton d’accueil et pour cause, étant donné qu’il a toujours été présent depuis le premier iPhone (commercialisé en 2007). Au fil du temps, ce bouton a progressivement évolué pour atteindre son apogée au sein de l’iPhone 7 lorsqu’il est devenu totalement virtuel et qu’il a été couplé à un système de communication via un retour haptique. Cette interrogation était d’autant plus pertinente que ce bouton nous permet d’invoquer Siri, d’accéder aux gestionnaire d’apps, d’activer ou désactiver VoiceOver ou encore de revenir rapidement à l’écran d’accueil. Heureusement, Apple lui a substitué une gestuelle vraiment naturelle et intuitive pour la plupart des fonctions :

  • Retour à l’accueil : poser le doigt sur la partie inférieure et faire glisser vers le haut jusqu’à ressentir le premier retour haptique ;
  • Accès au gestionnaire d’apps : poursuivre le geste à un doigt jusqu’au second retour haptique ;
  • Convoquer Siri : maintenir le bouton latéral jusqu’à entendre le fameux son caractéristique de l’assistant ;
  • Activer ou désactiver VoiceOver : effectuer un triple clique sur le bouton latéral.

A l’usage, cette gestuelle est si naturelle que je me suis surpris à la reproduire par erreur sur mon propre iPhone, mais sans succès évidemment. 😳

Ma quatrième interrogation concernait l’authentification via Face ID au quotidien compte tenu de mon handicap visuel. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est plutôt réactive, quelle que soit le degré de luminosité. Le bouton d’accueil ayant disparu, il faut à présent toucher l’écran ou le lever (à condition de ne pas avoir désactivé l’option dans les réglages). D’autre part si l’on reçoit une notification, VoiceOver ne lira son contenu que si (et seulement si) le visage se situe dans le champ de la caméra et à condition qu’il n’y ait personne d’autre à proximité.

Au passage, j’en ai profité pour tester le paiement avec Apple Pay via Face ID et force est de constater que cela fonctionne à merveille, c’est même plus naturel avec ce terminal mais personnellement, je préfère de loin l’utiliser avec l’Apple Watch qui se prête davantage à ce type d’usage.

Les seuls points faibles que j’ai notés au sujet de Face ID, c’est l’impossibilité de déverrouiller l’iPhone lorsqu’il est dans la poche et c’est justement quelque chose que j’aime faire avec mon iPhone dans certaines situations. En effet, Face ID exige impérativement la présence du visage sinon il faut saisir son code à six chiffres ; un peu exaspérant mais il n’y a pas le choix de toutes façons.

Le second inconvénient réside dans ce mode d’authentification en lui-même puisque le risque de se le faire dérober à l’arrachée dans des lieux publics est encore plus accru. Ceci est d’autant plus problématique que certaines personnes déficientes visuelles n’étant pas en mesure de fixer l’écran n’auront d’autres choix que de désactiver le mode attention dans les paramètres d’accessibilité, et là il suffira simplement à n’importe quel malandrin de pointer la caméra du terminal vers notre visage pour le déverrouiller. C’est d’ailleurs le même problème pendant notre sommeil du moins, si on fréquente des gens peu scrupuleux.

Pour pallier ce genre d’éventualité, Apple a mis en place quelques garde-fous, à l’instar du raccourci qui désactive temporairement Face ID (maintenir le bouton latéral et le bouton pour baisser le volume une seconde), ainsi que des stratégies de sécurité multiples en cas d’utilisation suspectes : en fonction du laps de temps imparti durant lequel il n’a pas été déverrouillé ou utilisé, etc.. Mais cela suffira-t-il à convaincre les déficients visuels d’opter pour l’iPhone X ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *